Tribune libre mars 2023

0
458

Avant de voter le budget, Le Conseil Municipal doit, lors d’une séance précédente, débattre des orientations budgétaires à venir. Pour cette année, comme pour les précédentes, nous avons redit notre souhait de pouvoir débattre avant la fin décembre concernant l’année à venir plutôt qu’au mois de février. Cela nous paraît être de bonne gestion que de s’y prendre au plus tôt. Ce débat doit donner une grande direction, une vision sur les priorités politiques de la Municipalité. Dans les faits, sur 38 pages de document (en ligne sur le site internet de la Ville), 20 sont consacrées à la situation internationale et nationale, 6 à parler de l’année précédente, 10 à parler des RH ou de la dette et seulement 2 ( ! ) aux orientations budgétaires. Difficile donc de « débattre » alors qu’aucun élément chiffré n’est avancé, que le conditionnel est employé à chaque phrase et que certaines phrases ressemblent davantage à un ouvrage de poésie « Notre programme est à la fois modeste et ambitieux. » ou encore « Cela (épargner plus) sera possible grâce à la créativité de chacun et à nos capacités d’innovation collectives ». Où sont les priorités ?

Notre groupe Les Bellifontains au Coeur défend une vision très claire de ce que doivent être de bonnes orientations budgétaires :

Objectif n°1 : Epargner pour investir, c’est-à-dire baisser le niveau de dépenses courantes (elles ont augmenté de +10% en 2022) et dégager de l’autofinancement. Ici, notre autofinancement sert uniquement à rembourser l’annuité de la dette (2M€) et nous empruntons plus que nous ne remboursons (+1M€ de dette en 2022).

Objectif n°2 : Planifier, avec un plan pluriannuel des investissements voté en Conseil Municipal s’étalant sur la mandature. Cela donne de la visibilité et de la prévisibilité pour réaliser des demandes de subventions et tenir le calendrier des chantiers.

Objectif n°3 : Prioriser, avec deux orientations politiques fortes : l’arrêt de la bétonnisation sur la commune (Résidence Lagorsse, Plaine de la Chambre, Le Patton, les Subsistances etc) et la mise en place d’une politique de sécurité adaptée aux nouveaux enjeux (délinquance du quotidien, sentiment d’insécurité). Le premier point passe notamment par le vote en urgence d’un nouveau Plan Local d’Urbanisme limitant les hauteurs de construction ou de densification des parcelles. Le second passe, entre autres, par des rondes en soirée de la Police Municipale comme nous l’avions proposé lors des élections municipales.