Magenta : un projet intéressant à confirmer

1
916
Visuel du projet présenté par l'architecte
Visuel du projet présenté par l’architecte

Cher tous,

Hier soir avait lieu à la salle des élections une réunion autour du projet Magenta. Ce terrain est aujourd’hui des Halles aux Fourrages, en mal de réhabilitation, et d’un terrain vague. Plusieurs projets ont été envisagés sur ce site : en 2008 il s’agissait de faire de cette emprise un « lieu culturel » puis en 2009 d’aménager un « parking provisoire ». Le nouveau projet consiste aujourd’hui à réaménager les Halles pour en faire des bureaux (à la fois l’entreprise Picard qui souhaite réunir ses sites de Fontainebleau et de Nemours ainsi que Coreal, entreprise de bâtiment). Sur la friche actuelle, un restaurant d’entreprise serait implantée ainsi qu’un centre d’imagerie médicale.

Rappelons que ce terrain a été vendu à la Société Civile Immobilière chargée de porter le projet lors du Conseil Municipal de juillet 2012 (retrouvez le compte-rendu de ce Conseil). Tout le monde s’était accordé à dire que consacrer du développement économique sur cette emprise était une bonne idée. La Ville avait vendu ce terrain au prix de 1,8M€ alors que sa valorisation était de 2 345 000€ dans les comptes de l’opérateur (SEM 92) qui avait à charge d’aménager ce terrain avant que la Municipalité ne stoppe le projet en 2006 (seuls les immeubles de l’Orée du Parc ont été réalisés).

La présentation faite par les porteurs de projet paraît convaincante et solide. Un centre d’imagerie médicale avec 3 radiologues, entre 200 et 250 employés de Picard et Coreal, un restaurant d’entreprise pouvant accueillir 200 personnes (140 pour le self du rez-de-chaussée et 50 pour la salle de restaurant au 1er étage) seront aménagés. De quoi conforter des emplois à Fontainebleau et trouver une finalité opportune à ce terrain trop longtemps laissé à l’abandon !

Plusieurs questions ont été posées par les riverains et nécessitent encore des éclaircissements :

circulation : l’entrée est prévue par le Boulevard Magenta et la sortie par la rue de l’Arbre Sec. La cohabitation sur le mail piéton de l’entrée risque d’être compliquée et le flux de voitures / livraisons en heure de pointe risque de ralentir – encore… – la circulation sur le Boulevard Magenta (même si hier le flux de voitures supplémentaire a été jugé marginal).

stationnement : il est prévu 110 places de stationnement en sous-sol et 80 en surface. Sur ce total, 50 sont dévolues au centre d’imagerie médicale et à la patientèle. Le reste des places risque de s’avérer insuffisant pour l’ensemble des salariés qui se gareront certainement dans les rues adjacentes. La question de l’accès au site – pour éviter les voitures ventouses – reste également posée.

restaurant : lors de la réunion, il a été précisé que le restaurant serait « uniquement un restaurant d’entreprise, ouvert du lundi au vendredi le midi« . Les documents d’urbanisme précisent « concernant le programme, limité au début des études à la seule tranformation des halles à fourrage en bureaux, il s’est vu complété par l’insertion d’éléments nouveaux qu’il était impossible de loger dans le volume des halles ; c’est ainsi que sont d’abord apparus un restaurant ouvert au public et aux touristes, puis un laboratoire d’imagerie médicale »

Sous réserve de résolution de ces problèmes entre les porteurs de projet et les riverains, tout le monde ne peut que se satisfaire de voir cet emplacement aménagé ! Premiers coups de pioche normalement prévus au printemps 2013.

1 COMMENTAIRE

  1. dans la Loi sur l’Air de Corinne Lepage (1996-99 ?)

    il est prévu que pour toutes constructions nouvelles, le nombre de places de stationnement soit anticipé et prévu en conséquence

    ici, cette construction devrait se conformer à la Loi

    or, nombre de constructeur (même le Conseil général de Seine et Marne s’est déjà fait retoqué……………….) ne respecte pas cette loi

    ici, sauf erreur de ma part, c’est entre 250 et 300 places de stationnement qui devraient être prévues

    dans la Loi de Corinne Lepage il est également prévu qu’un certain nombre de parking vélo soit aménagé par le constructeur

    j’entends souvent reprocher que des associations « rétrogrades » « procédurières » font des recours

    mais si les projets étaient montés dans les clous correctement, il me semble qu’il y aurait beaucoup moins de recours par des « hurluberlus »

    non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here