On reparle des transports…

0
627

 

Cher tous,

On reparle actuellement des transports ferroviaires, en Île-de-France ou ailleurs, dans l’actualité. RER, Trains Grandes Lignes (comme l’est la ligne R entre Paris et le Sud 77), TGV… les retards et mauvaises conditions de transport se mutliplient et nombre de ces usagers sont en colère.

Alors, le sud 77 est-il concerné par ces problèmes ? La réponse est oui. Retards à répition, voyages debout, trains qui seraient bon à rejoindre le musée de l’Histoire de France vue leur ancienneté (je pense notamment aux petits gris !) et j’en passe. Une vrai galère pour ceux qui, tous les matins, se rendent à Melun ou à Paris pour travailler. Si en plus après, vous devez prendre le RER autant renoncer tout de suite…

En Île-de-France, la SNCF est-elle la seule responsable de la situation ? La réponse est non. C’est le STIF, le Syndicat des Transports d’Île-de-France, qui organise le réseau ferroviaire en IDF. Pour cela, le STIF a un contrat d’exploitation avec la RATP pour le métro parisien et les bus, ainsi qu’avec la SNCF pour une partie du RER et les Trains Grandes Lignes.

Pendant les vacances de Noël, j’ai lu le récent rapport de la Cour des Comptes sur les transports franciliens. Le constat est sans appel : le problème est profond. Pendant longtemps, les investissements n’ont pas été mené pour anticiper la hausse du trafic et le renouvellement du matériel. L’Etat avant 2005 et le STIF présidé par le président de Région Jean-Paul Huchon (PS) depuis que l’Etat s’est retiré du CA du STIF en 2005, n’ont pas assumé leur rôle et pas prévu les évolutions nécessaires à entreprendre.

Premier constat, l’augmentation du trafic est très importante sur ces 10 dernières années « Le trafic du Transilien a augmenté de plus de 24 % en huit ans. Cette croissance, sur un réseau parfois saturé, explique pour partie que la SNCF peine à atteindre ses objectifs de production ces dernières années. En 2009, la production a ainsi été inférieure de 3,1 points à l’objectif contractuel, le nombre de trains mis en circulation a baissé de 1,3 % et les kilomètres commerciaux produits ont diminué sur huit sous-réseaux sur treize par rapport à 2008. »

Second constat, le matériel roulant est très vetuste notamment sur le réseau Transilien (en moyenne le matériel est plus vieux que moi !!) « S’agissant du matériel roulant, le vieillissement est également très marqué. En 2004, l’âge moyen du matériel roulant de la SNCF en circulation sur le réseau Transilien était d’environ 26 ans pour le parc remorqué, de 18 ans pour les automotrices et de 36 ans pour les locomotives. (..) En 2009, quoiqu’en progrès du fait des investissements réalisés ces dernières années, il demeure très élevé. L’âge moyen du parc est encore de 24,6 ans pour le matériel remorqué et les automotrices et de 26 ans pour les locomotives, ce qui apparaît excessif au regard de la durée de vie de ces matériels, d’une trentaine d’années. (…) L’objectif que s’est assigné le STIF en 2008 de disposer sur l’ensemble des réseaux, en 2016, de matériels entièrement neufs, rénovés ou récents requiert donc un effort très important dans des délais rapides. Il a été engagé par plusieurs programmes dont certains ont déjà été évoqués : commande de 172 rames d’automoteurs Franciliens, de 24 rames AGC, de 65 locomotives et rénovation des 119 rames du RER B et des rames Z 20500 circulant sur plusieurs lignes, dont les RER C et D, notamment. »

Troisième constat, le STIF a mis en place des bonus / malus avec la SNCF & la RATP qui à l’heure actuelle sont des bonus (!) ce qui laisse entendre que la qualité de service est satisfaisante « Le fait que la part du bonus maximal perçue par la RATP soit constamment supérieure à 56 % depuis 2001 et augmente en 2009 semble peu compréhensible pour les usagers et devrait conduire le STIF à s’interroger sur la pondération des divers indicateurs mesurés, qui gomme certaines préoccupations majeures des usagers, notamment la régularité des lignes de RER et le confort sur certaines lignes de métro. (…) Le renforcement du dispositif d’incitation à la qualité du service porte l’enveloppe de bonus-malus à 25 M€ pour la RATP, dont 7,2 M€ consacrés à la régularité. Pour la SNCF, l’ajout de ces indicateurs conduit l’enveloppe financière totale à 23,9 M€, dont 5,4 M€ affectés aux indicateurs de régularité. Globalement, le niveau d’intéressement pour qualité de service a donc été fortement augmenté à compter de 2009, le montant maximal du bonus-malus susceptible d’être versé aux exploitants ayant été doublé pour la RATP (de 13 à 25 M€) et triplé pour la SNCF (de 8,5 à 23,9 M€). (…) Si les engagements des exploitants en matière de qualité du service ont été affinés dans les derniers contrats signés avec la RATP et la SNCF, le poids de l’intéressement pour qualité de service dans la rémunération des exploitants reste faible : le bonus-malus représente en 2009 au maximum 0,6 % des recettes d’exploitation de RATP (25 M€ sur 4 130 M€) et 0,9 % de celle de la SNCF (23,9 M€ sur 2 570 M€). Il a représenté 11,8 % du résultat net de la RATP en 2009 et 19,6 % de celui de Transilien en 2008 (en 2009, le résultat net est négatif : – 11,6 M€). »

Conclusion :

le niveau d’incitation financière à la SNCF et à la RATP sur la qualité de service exigé par le STIF est trop faible pour que les exploitants s’en soucient rééllement et ce en dépit des observations de la Cour des Comptes

la qualité de service se dégrade et le matériel roulant est obsolète, encore plus sur les Transiliens qu’ailleurs : quid des priorités du Conseil Régional pour le remettre sur pied et faire preuve d’équité dans la répartition des différentes lignes Transilien ? La ligne R n’aura AUCUN nouveau train d’ici 2016 et devra se contenter des « petits gris rénovés »…

– fusionner la zone 5 et 6 et baisser ainsi le tarif d’abonnement d’environ 20€ par mois à partir de juillet 2011, c’est bien mais si c’est uniquement pour nous dire « Vous ne faites pas partie de nos priorités, vous resterez avec votre matériel vétuste, mais comme on veut vos voix en 2014, on baisse le prix de l’abonnement », ça apporte peu de valeur ajoutée au débat

Roseline Sarkissian, Conseillère Régionale de la majorité socialiste de Jean-Paul Huchon, conseillère municipale d’opposition de Fontainebleau, martèle à qui veut l’entendre dans les voeux des petites communes (et plus particulièrement sur les communes du canton de Nemours où elle est suppléante pour le parti socialiste pour les élections cantonales des 20 et 27 mars !) que la Région améliore notre matériel et s’attache à réduire les retards, pourrait-elle enfin nous en dire plus ? Toutes les tentatives pour qu’elle évoque son travail au sein de la Région sur son blog ou par tout autre moyen ont jusque là été vaines…   

Peut être aura-t-on enfin des réponses ?…

A bon entendeur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here