Clearstream, la relaxe pour Dominique de Villepin…

1
698

Cher tous,

Dans cette affaire on ne peut plus complexe et pour le moins occulte, je me contenterai de mettre l’article du Monde.fr relatif au jugement et aux commentaires des uns et des autres. Une autre affaire d’Etat se termine… A quand la prochaine ?

Dominique de Villepin a salué, jeudi, juste après avoir eu connaissance de sa relaxe verdict dans le procès Clearstream,  le « courage » du tribunal correctionnel de Paris. Dans une courte déclaration à la presse à sa sortie de la salle d’audience, l’ancien premier ministre a expliqué qu’il souhaitait désormais se « tourner vers l’avenir pour servir les Français ».
« Après plusieurs années d’épreuve mon innocence a été reconnue », s’est réjoui M. de Villepin, qui était accusé de complicité de dénonciation calomnieuse. « Je salue le courage du tribunal qui a su faire triompher la justice et le droit sur la politique. Je suis fier d’être le citoyen d’un pays, la France, où l’esprit d’indépendance reste vivant. Je n’ai aucune rancœur, aucune rancune », a-t-il dit devant les caméras. « J’ai été blessé par l’image que l’on a voulu donner de la politique, de l’engagement qui a été le mien pendant trente ans, et c’est vers l’avenir que je veux me tourner pour servir les Français et contribuer, dans un esprit de rassemblement, au redressement de la France », a ajouté l’ex-chef de gouvernement, qui depuis quelques mois ne cache plus ses ambitions présidentielles pour 2012.

Nicolas Sarkozy s’est refusé à commenter la relaxe de Dominique de Villepin, par le tribunal correctionnel de Paris dans le procès Clearstream, estimant qu’il fallait « attendre les éléments avant de les commenter ». « Je pensais que vous preniez la parole pour me souhaiter un bon anniversaire, ça ne m’étonne pas de vous, je vous en remercie infiniment », a répondu M. Sarkozy à l’interpellation d’un journaliste après son allocution concluant la conférence sur les déficits. « Pour le reste, attendons de connaître les éléments avant de les commenter. Merci », a ajouté le chef de l’Etat, qui fête jeudi ses 55 ans. Nicolas Sarkozy était partie civile dans ce procès.

Jean-Louis Gergorin, condamné à quinze mois de prison ferme notamment pour dénonciation calomnieuse, a annoncé qu’il faisait appel de sa condamnation, ouvrant la voie à un second procès. « J’ai décidé de faire appel car je suis innocent et me battrai de toutes mes forces pour que mon innocence soit reconnue », a déclaré l’ancien vice-président exécutif d’EADS, considéré par le tribunal correctionnel de Paris comme le « cerveau » de la manipulation visant à faire croire que des personnalités, dont Nicolas Sarkozy, détenaient des comptes occultes à l’étranger. « J’ai servi mon pays pendant trente-quatre ans, douze ans au service de l’Etat et vingt-deux ans au développement de son industrie aéronautique et aérospatiale. Je ne suis pas le personnage qui est décrit par ce jugement », a affirmé M. Gergorin. « J’ai cru à l’authencitié des listings Clearstream transmis en 2003 et 2004, je n’ai pas commis les délits qui me sont reprochés », a-t-il martelé.

L’avocat du journaliste Denis Robert, Me Hervé Témime, s’est félicité de la relaxe de son client : « Denis Robert n’a agi qu’en qualité de journaliste. C’est une très bonne décision, en particulier du fait que le tribunal a considéré que Denis Robert était protégé par des principes supérieurs qui sont ceux de la liberté de la presse, de la liberté d’information, de la liberté d’expression. Dans ce cadre il ne pouvait être condamné. »

Me Olivier Pardo, avocat d’Imad Lahoud, a déclaré au sujet du jugement de son client : « On s’attendait à beaucoup de choses, on avait même préparé le pire, le risque de mandat d’arrêt à l’audience, car on connaît la tradition judiciaire qui est vieille comme la République où dans des affaires de ce type, ce sont souvent les lampistes, les plus faibles, qui ont les peines les plus fortes. »

1 COMMENTAIRE

  1. Encore une belle réussite politique et judiciaire : les lampistes sont condamnés, mais on ne saura jamais pourquoi et pour le compte de qui ils ont agit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here