Plan caméras : des manques et des questions sans réponse

0
372

Lors du Conseil Municipal du 2 juillet 2016, le plan caméras était de retour. C’est un sujet qui avait déjà abordé en septembre 2012 puis voté en décembre 2012 mais jamais mis en œuvre. A l’époque, les cambriolages s’étaient multipliés et il s’agissait de répondre au sentiment d’insécurité en communiquant sur l’installation de caméras en centre-ville… Pourquoi la majorité municipale en est-elle restée au stade de la communication sans rien entreprendre alors même qu’un plan et des devis avaient été réalisés il y a maintenant 4 ans ?

De nombreux événements sont intervenus depuis. Les caméras auraient pu permettre de faire progresser plus rapidement les enquêtes de police : plusieurs braquages à mains armées dans le centre-ville, le cambriolage du musée chinois au château, le cambriolage de la Librairie Michel ou encore l’incendie de l’église puisqu’une caméra du plan de 2012 était prévue pile devant son entrée principale (voir le dossier de 2012 avec le plan des caméras) !

 

Lors du dernier Conseil Municipal, la vidéo-surveillance était donc abordée à nouveau.

Nous avons dans un premier temps tenté d’obtenir des précisions sur son coût. Le marché attribué à la société Eiffage s’élève à 342 620€ (voir le rapport d’analyse des offres reçues). Pourtant, la délibération indique le montant maximal annuel alloué à Eiffage est de 400 000€/an chaque année pendant 3 ans. Nous avons souhaité qu’une précision soit apportée à la délibération pour se cantonner au 342 620€ évoqué précédemment : cela a été refusé, sans pour autant nous préciser si le coût du dispositif est de 342 620€ ou de 1 200 000€. Pourquoi également parler de montant reconductible sur 3 ans alors que le temps d’installation des caméras est estimé à deux mois dans le dossier du candidat ? Là encore, nos questions sont restées sans réponse.

Nous avons également demander à pouvoir amender le plan d’implantation des caméras. Certains lieux où la délinquance est connue et reconnue à Fontainebleau (des plaintes au commissariat ont été déposées, des équipes de police sont régulièrement appelées sur place, des trafics ont été démantelés etc) ne seront pas équipées de caméras : les rues du coq gris ou montebello, où des bagarres éclatent régulièrement le weekend en fin de soirée, sont ainsi oubliées. Les résidences Saint Honoré ou du Bréau ont régulièrement fait l’objet de plaintes ces derniers mois, voire de démantèlement de trafic. Aussi, dans une optique d’efficacité du dispositif mis en place, nous avons demandé s’il était possible que les caméras soient installés devant ou dans les résidences concernées avec l’accord des Foyers de Seine et Marne plutôt que devant l’école Saint Honoré ou sur l’avenue du Maréchal de Villars.

Nous n’avons pas réussi à savoir si les Foyers de Seine et Marne avaient été sollicités pour implanter des caméras sur leur enceinte privée mais nous avons compris que la réponse du Maire était négative dans la presse cette semaine “on ne mettra pas de caméra sur les gens qui vivent dans des logements sociaux, on ne fait pas de vidéoprotection dans des logements privés.” Personne n’a jamais demandé à mettre de caméras “sur les gens”, ni “dans des logements privés” mais simplement à ce que les résidents puissent vivre tranquillement sans qu’une minorité viennent perturber la vie d’un quartier en squattant l’enceinte privée des résidences (le parking, la place centrale etc). Au lieu d’une vidéoprotection efficace, nous aurons donc une vidéoprotection cosmétique, à 100 ou 200m des vrais problèmes qui peuvent pourrir la vie de certains

CONSULTER LE PLAN DES CAMÉRAS PRÉVUES EN CLIQUANT ICI.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here