ACTU : Le Conseil Général poursuit son désengagement !

1
720

le parisien

Cher tous,

Une perle du CG77 :

UN PAVà? dans la mare. Début aoà»t, la direction générale jeunesse et sports du conseil général a écrit aux maires de Seine-et-Marne pour leur apprendre la nouvelle : dà¨s la rentrée, le département ne financera plus lâ??apprentissage de la natation aux élà¨ves du cycle primaire. Il reste muet sur le nombre de communes concernéesâ?¦ Toutefois, il explique quâ??il « se concentre sur le soutien à  ce dispositif en direction des collégiens qui constituent son public prioritaire ».
En clair, seul le financement de la natation en 6 e se poursuit dans le cadre de lâ??opération Tous nageurs en 6 e . En 2007-2008, 81 % des collà¨ges seine-et-marnais avaient participé à  26 séances annuelles pour des groupes de 50 élà¨vesâ?¦ Les élà¨ves de primaire se retrouvent donc le bec dans lâ??eau ! A lâ??origine de cette décision, deux éléments. Dâ??un cà´té, la baisse des recettes, notamment « lâ??effondrement de 40 % au cours des cinq premiers mois de lâ??année du produit des droits de mutation sur les transactions immobilià¨res. Il impacte directement lâ??équilibre du budget départemental, avec une perte de recettes estimée à  plus de 50 millions dâ??euros sur lâ??année ». De lâ??autre, « lâ??augmentation des dépenses sociales en raison du nombre de bénéficiaires du RMI puis du RSA ». Bref, le département a décidé de réduire ses dépenses de fonctionnement dà¨s 2009. Parmi les victimes des coupes budgétaires, lâ??apprentissage de la piscine en écoles primaires, évalué à  350 000 â?¬ par an.
Une mesure qui fait des vagues Cette mesure fait des vagues. Le député-maire de Dammarie-les-Lys, Jean-Claude Mignon (UMP), a écrit au président du conseil général, Vincent Eblé (PS). « Je ne comprends pas quâ??on pénalise les enfants qui ne sont vraiment pas responsables de la crise, et encore moins de la situation du conseil général ! » Pour lui, « il suffisait de renoncer aux dépenses de prestige, aux recrutements inutiles ou simplement à  la campagne de communication inutile sur le pseudo-désengagement de lâ??Etat qui a coà»té trà¨s cher aux finances départementales.
La hausse des impà´ts nâ??a pas suffi à  combler les trous. » Au conseil général, le directeur de cabinet du président réagit : « Aucun département de France nâ??avait prévu la chute sans précédent du produit des droits de mutation. Dâ??où notre décision votée en juin, lors de la décision modificative pour cesser de financer la natation en élémentaire. On sâ??appràªte à  réduire nos dépenses de 30 millions dâ??euros », explique Nicolas Delaunay. Il sâ??étonne que « Jean-Claude Mignon, député, nâ??(ait) de cesse de demander aux départements de se recentrer sur leurs compétences, alors que Jean-Claude Mignon, maire, réclame lâ??inverse ! » Enfin, il réfute toute accusation de mauvaise gestion. « Les frais dâ??administration générale représentent 38 â?¬ par habitant en Seine-et-Marne, contre 71 â?¬ au niveau national et 93 â?¬ au niveau régional !
»

Le Conseil Général est vraiment incroyable. Incapable de maâtriser ses dépenses (publicité, publications et relations publiques, évolution depuis 2004 : + de 82 %, fàªtes et cérémonies : + 14 %, réceptions : + 26 %) et étant passé dâ??une situation budgétaire excédentaire de 27,9 Mâ?¬ en 2004 à  une situation où, sans hausse dâ??impà´t conséquente, il ne bouclera pas son budget 2009, le CG77 sâ??attaque maintenant au bien àªtre des enfants. Je trouve cela lamentable lorsquâ??on voit les coà»ts engagés en publicité ou autre. Imaginez quâ??avec seulement les dépenses de publicité (prà¨s de 1,6 Mâ?¬ par an) on pourrait financer la piscine pour les enfants du primaire pendant 5 ans ! Rien quâ??en frais de réception, les enfants pourraient se rendre a la piscine pendant 9 mois.

Messieurs les élus socialistes, ce genre de pratique reflà¨te parfaitement la gestion que vous faites de nos régions et de nombreux départements : des dépenses anarchiques et non maâtrises, des postes budgétaires supprimés arbitrairement sans aucune concertation. Pourquoi ne pas tenter de réduire le montant des subventions accordé aux associations ?

Peut àªtre parce que les enfants du primaire ne sont pas électeurs pourraient penser les plus cyniquesâ?¦

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here