Lettre d’information décembre 2023

0
759

Chères lectrices, chers lecteurs,

L’année 2023 s’achève. Au cours de cette année, nous n’avons pas manqué d’être actifs pour décrypter, analyser, proposer, commenter et alerter lorsque la situation le justifiait. Nos convictions n’ont pas changé et nous continuons de les porter à chaque instant.

En 2024, plus que jamais nous resterons extrêmement vigilants sur la bétonnisation. Malgré les déclarations rassurantes, les faits, eux, sont inquiétants. L’exemple de la Plaine de la Chambre – vidéo ci-dessous – n’est pas un cas isolé. Et les logements sociaux ne sont pas les seuls concernés : c’est par exemple le cas du projet (non validé mais sérieusement étudié) d’immeubles de logements sur le triangle site Véolia (rue Guérin) / rue de la Faisanderie / Ecole Saint-Louis.

En 2024, nous surveillerons de près le budget de la Ville. Récemment, la Municipalité a cédé le bâtiment du 193 rue Grande, arguant que la Ville n’était pas une agence immobilière. C’est vrai. Mais la Ville n’est pas non plus une maison de vente aux enchères. Surtout lorsque chaque jour, on s’aperçoit des manques : pas de salles adaptées pour les associations, pas de lieu pour la Jeunesse pour ne citer que ces exemples. Dans le même temps, les alertes se multiplient pour faire les fonds de tiroir : suppression des « parcours culturels » dans les écoles (12€/enfant/an), bus pour le centre de loisirs pendant les vacances sur la sellette (malgré les annonces), fermeture envisagée de la maternelle La Cloche… En revanche, côté communication politique, les dépenses vont bon train : le Maire est « très à l’aise » d’avoir dépensé 10 000€ pour l’opération Bilan de mi-mandat, plus de 22 000€ pour la nouvelle application mobile « Fontainebleau » alors que la précédente était récente et on trouve sans difficultés 30 000€ pour des cabinets de chasseurs de tête pour des postes à la Mairie. Nous passerons le budget 2024 au peigne fin.

2023 s’achève enfin sur un échec pour Fontainebleau avec l’abandon du Campus des Arts aux Héronnières. Ce projet a été victime de l’acharnement municipal à son encontre pour d’obscures raisons, en public (en triplant la « taxe d’aménagement » sur le site) comme en coulisses auprès des différents Ministères. Les anciennes Ecuries Royales resteront donc une ruine pour de nombreuses années. Quel gâchis.

Nous vous souhaitons une bonne lecture et d’agréables fêtes de fin d’année. 

N’hésitez pas à faire connaître cette lettre d’information autour de vous ! Pour la recevoir, cliquez ici

Cliquez ici pour parcourir la lettre ou sur l’image ci-dessous :