Affaire Vinci : Le Parisien évoque les faits

0
954

Alors que le maire sortant crie à la « fake news », le Parisien revient sur l’affaire Vinci dans l’article ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite à cet article et aux propos du maire sortant tenus hier, ma colistière Audrey Tamborini, avocate au Barreau de Paris, démêle le vrai du faux dans ce second numéro de Détox :

Détox #2 L’affaire Vinci
Lors de son dernier Facebook Live, le maire sortant s’est livré à un exercice de fake news remarquable concernant le procès Vinci. Le vrai du faux.
 ➡ « Interparking reverse chaque année une redevance à la Ville » : VRAI MAIS. La redevance en question est de 578 000€ en 2018, somme à laquelle il faut déduire les 210 000€ payés par la Ville pour qu’Interparking contrôle le stationnement. Au total, Interparking reverse donc 368 000€ à Fontainebleau.
 ➡  « Vinci reversait 0€ à la Ville. » FAUX. Si le mode de calcul était différent, Vinci reversait 30% des recettes de voirie à la commune. En 2012, dernière année d’exercice, ce reversement a représenté 232 000€ (en € de 2012 donc).
 ➡  « Il y a eu 2 décisions de justice qui nous ont été favorables« . FAUX. Le maire sortant fait référence aux décisions de 2012 / 2013 qui ont débouté Vinci de sa demande de continuer son contrat initial. Mais il oublie l’essentiel : les 2 décisions de justice de juin 2018 précisant que Vinci est fondé à demander les investissements non amortis et le manque à gagner sur les 10 ans restants du contrat. Soit une amende comprise entre 5 et 7M€.
 ➡ « L’expert propose une indemnisation maximum de 2,2 millions d’euros. » PERSONNE NE LE SAIT. Le maire n’a communiqué le rapport d’expert remis fin 2019 à quiconque, pas même au Conseil Municipal et ce malgré les demandes. Compte tenu des paragraphes précédents, nous ne pouvons plus croire le maire sortant sur parole