Affaire Vinci : Le Parisien évoque les faits

0
97

Alors que le maire sortant crie à la “fake news”, le Parisien revient sur l’affaire Vinci dans l’article ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite à cet article et aux propos du maire sortant tenus hier, ma colistière Audrey Tamborini, avocate au Barreau de Paris, démêle le vrai du faux dans ce second numéro de Détox :

Détox #2 L’affaire Vinci
Lors de son dernier Facebook Live, le maire sortant s’est livré à un exercice de fake news remarquable concernant le procès Vinci. Le vrai du faux.
 ➡ “Interparking reverse chaque année une redevance à la Ville” : VRAI MAIS. La redevance en question est de 578 000€ en 2018, somme à laquelle il faut déduire les 210 000€ payés par la Ville pour qu’Interparking contrôle le stationnement. Au total, Interparking reverse donc 368 000€ à Fontainebleau.
 ➡  “Vinci reversait 0€ à la Ville.” FAUX. Si le mode de calcul était différent, Vinci reversait 30% des recettes de voirie à la commune. En 2012, dernière année d’exercice, ce reversement a représenté 232 000€ (en € de 2012 donc).
 ➡  “Il y a eu 2 décisions de justice qui nous ont été favorables“. FAUX. Le maire sortant fait référence aux décisions de 2012 / 2013 qui ont débouté Vinci de sa demande de continuer son contrat initial. Mais il oublie l’essentiel : les 2 décisions de justice de juin 2018 précisant que Vinci est fondé à demander les investissements non amortis et le manque à gagner sur les 10 ans restants du contrat. Soit une amende comprise entre 5 et 7M€.
 ➡ “L’expert propose une indemnisation maximum de 2,2 millions d’euros.” PERSONNE NE LE SAIT. Le maire n’a communiqué le rapport d’expert remis fin 2019 à quiconque, pas même au Conseil Municipal et ce malgré les demandes. Compte tenu des paragraphes précédents, nous ne pouvons plus croire le maire sortant sur parole

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here