7ème départ de l’équipe municipale sur 25 élus… ça commence à faire beaucoup !

2
819

J-C-Lapree_medium

Cher tous,

Après l’annonce de Jean-Christophe Laprée qui a publiquement marqué son désaccord profond de méthode avec le Maire « Nous sommes devenus des agents d’enregistrement au service du maire » ou encore « Quand on a voulu détruire la halle, on s’est comportés comme des malpropres. », il est à parier que l’ire du maire sortant va se déchaîner dans les prochains jours.

Rappelons que depuis 2008, pas moins de 7 élus, dont deux adjoints, 3 conseillers municipaux délégués et 2 conseillers municipaux ont quitté le navire.  

Didier Drouin, qui s’occupait du développement durable et de l’urbanisme a jeté l’éponge lorsqu’il a vu le Plan Local d’Urbanisme se réaliser. Avec des possibilités de construction en hausse de 30% par rapport aux documents précédents d’urbanisme, il a estimé que le bétonnage était privilégié au détriment du développement économique dans la stratégie municipale, fait aujourd’hui confirmé par les orientations définies dans le Schéma de Cohérence Territoriale qui accentuera encore les possibilités de nouveaux logements à Fontainebleau (1500 logements sur la Communauté de Communes d’ici 2020).

Bruno Colombier, conseiller municipal, a claqué la porte pour des questions de méthode relatives au changement des plans de circulation en 2010. Acté sans concertation, ce plan de circulation a mis une grosse pagaille dans le quartier de la rue Royale. Si aujourd’hui la rue a de nouveau changé de sens, la sécurisation promise n’est que partielle : une voiture et un camion se croisant sont obligés de monter sur les trottoirs et de frôler les piétons.

Puis en 2012, Emmanuel Bosq, conseiller délégué en charge de la voirie, Paule Svatek, adjointe au Maire en charge du commerce et des animations, et moi même, conseiller délégué au développement durable et aux nouvelles technologies, avons rendu notre tablier. Les mensonges successifs autour du projet toujours non provisionné dans les comptes de la Ville (preuve qu’il n’ira pas au dela d’une maquette…) de la Place de la République, qui aurait dû débuter par la construction d’une nouvelle Halle avant la destruction de l’existante, , et la délocalisation à terme des cinémas à la Halle de Villars, nous ont amené à partir de l’équipe municipale.

En 2013, c’est au tour de Valérie Lanneau, conseillère municipale, de quitter le Conseil Municipal la veille du coup de force pour détruire la Halle du Marché. Elle a refusé de cautionner une opération commando dans laquelle les élus majoritaires n’ont été prévenus que la veille au soir…

Aujourd’hui enfin, c’est au tour de Jean-Christophe Laprée, l’un des piliers de l’équipe, adjoint au Maire en charge du patrimoine, de l’urbanisme et vice-président de la Communauté de Communes, de pointer la « méthode Valletoux » dans sa globalité.

Un quart de l’effectif municipal qui part en cours de mandat, cela ne se voit pas dans les équipes municipales « normales ». Comme disait le sieur Einstein « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré ». A méditer avant les élections municipales de 23 et 30 mars 2014.

Si l’annonce de Jean-Christophe Laprée est un véritable camouflet pour le maire sortant, les éléments de langage seront, je pense, assez classiques. Ils commenceront par un « C’est un adjoint qui touche des indemnités. » puis par un « Jean-Christophe Laprée m’avait parlé. Il n’y a aucun problème entre nous. Ce départ est un non-événement. » et enfin par un « M. Laprée ne venait plus à la Mairie depuis des semaines et ne travaillait plus ses dossiers ». Et puis, petit à petit les attaques personnelles débuteront : « traître », « opportuniste », « arriviste », « ambition personnelle », j’en passe et des meilleurs. Je vous conseille fortement d’observer la communication autour de ce départ, vous verrez que les éléments ci-dessus seront repris.

Un « je le reconnais, il y a eu des erreurs de méthode dans le mandat mais j’ai compris le message. » n’arrivera malheureusement jamais…

A bon entendeur.

2 Commentaires

  1. mon cher Cédric,

    les grands chefs ne sont pas des enfants de choeur: De Gaulle, Leclerc, de Lattre, Peppy (SNCF), Lévy (Thalès), ou Ghosn (Renault) pour ne citer que ceux-là (mais les grands capitaines d’industrie ou chefs militaires ne manquent pas, ont su ou savent faire avancer les choses contre vents et marées, et Dieu sait si Frédéric Valletoux a vu se lever contre lui des opposants même partageant ses idées dans le microcosme bellifontain!. Quand la méthode est rude, mais l’idée bonne, il y a un choix à faire entre les réalisations et son confort. Vous avez fait le vôtre comme ceux que vous mentionnez. La suite verra qui avait raison. Mais quand on veut arriver au bout du chemin, il est dangereux de sauter en marche. Mais là encore, chacun son choix.
    cordialement

  2. Bonjour,

    Permettrez-moi tout d’abord de ne pas partager votre comparaison entre De Gaulle et le maire sortant… En 8 ans, De Gaulle avait libéré la France, en 8 ans qu’a fait Frédéric Valletoux pour Fontainebleau ?

    Quant au chemin, encore faudrait-il avoir les moyens de ses ambitions. Aucun budget n’est prévu pour la rénovation de la Place et la construction d’une nouvelle Halle. Aucun permis d’aménager et de construire n’est déposé, y compris pour l’aspirateur à voitures prévu (l’expression est de Frédéric Valletoux, pas de moi).

    Lorsque le chemin est une impasse, mieux vaut changer de route.

    Cordialement

    Cédric Thoma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here