« Vous l’avez chiffrée à combien votre proposition ? » (extension du parking souterrain sans casser la Halle)

1
847

Cher tous,

Ce qu’il y a de primordial lorsqu’une entreprise ou une Mairie débute des travaux, c’est de s’assurer qu’elle sera en mesure de les terminer et de ne pas abandonner le chantier en plein milieu. Le préalable est donc de sécuriser le financement étape par étape du projet et de veiller à ce que ses aspects admnistratifs soient réglés. Ne pas procéder ainsi est purement et simplement irresponsable. Pour le projet Place de la République, la logique municipale est inverse : on se lance dans l’opération sans visibilité financière et sans avoir écarté les risques juridiques comme les recours. Quant au phasage, il fait prendre des risques maximaux tant pour la pérennité du Marché que pour la Ville. Sachant cela, prendre des garde-fous dans le phasage est indispensable.

Il faut, dans l’ordre :

1/ Etendre le parking souterrain sans casser la Halle qui est au dessus. Le Marché peut ainsi continuer à fonctionner normalement et pendant cette période, la Ville peut déposer un permis de construire pour une nouvelle Halle, trouver un terrain d’entente avec les riverains, et laisser suffisamment de temps pour purger d’éventuels recours.

2/ Commencer par construire la nouvelle Halle et les premiers aménagements de la Place.

3/ Détruire la Halle existante et réaliser les derniers aménagements sur site.

Avec ce phasage, la Ville préserve son marché et avance étape par étape sans se mettre en péril. Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Mercredi soir, lors de la réunion publique consacrée à la Place de la République, une question a été posée en ce sens : pourquoi ne pas étendre le parking souterrain « en taupe », c’est à dire sans casser ce qui est au-dessus. La question a été balayée d’un revers de main en évoquant le coût faramineux que cela représenterait à l’aide d’une comparaison « Bien sûr, on peut refaire le tunnel sous la Manche à Fontainebleau ». Bref, il paraît que cela amenait des surcoûts insurmontables. Et pourtant…

Hier soir, les élus ont eu le plaisir d’avoir dans leur boîte aux lettres le futur contrat de délégation de service public du stationnement. Y figure entre autres quelques chiffrages réalisés par les candidats pour répondre à la demande du cahier des charges initial « assurer la construction d’une extension d’environ 150 places du parking existant du Marché pour porter sa capacité actuelle de 327 places à un peu moins de 500 places« . Les trois répondants, Effia, Interparking et Vinci avaient certainement dû avoir le même raisonnement que ci-dessus car tous ont proposé une extension « en taupe ». Les coûts exposés par Vinci sont jugés plus crédibles en tant que concessionnaire sortant. Le tableau ci-dessous complété par les explications du rapport analysant les offres (datant d’août 2012) qui précise les montants.

Et là surprise : étendre le parking sans détruire la Halle représente un surcoût inférieur à 10%. L’extension passe de 5,7M€ à 6,2M€. Le nouveau tunnel sous la Manche Bellifontain à moins de 500 000€ ! Plutôt que de faire porter au délégataire ce surcoût modique sur l’économie de la concession, la Ville a préféré enjoindre les opérateurs à ne pas s’attarder sur cette hypothèse. Lors de la réunion avec les 3 candidats du 28 septembre, « Au cours de la réunion, il a été également fait part de nouveaux éléments apparus depuis le lancement de la concertation :

– Transfert du marché de la Place de la République sur la partie existante de Boufflers pendant la durée d’extension du parking du Marché (…)

– De ce fait, la construction en Taupe de l’extension du parking Marché n’apparaît plus aussi indispensable »

Si l’on résume : la Ville préfère déplacer son Marché à Boufflers plutôt qu’une extension du parking sans gêne pour l’activité du Marché et des commerces alentours… à n’y rien comprendre. Là où mercredi soir une extension du parking souterrain en Taupe était comparé à un nouveau tunnel sous la Manche, l’on constate une fois de plus qu’il n’en est rien. Et hop là, un mensonge de plus. Comment les Bellifontains pourraient-ils ensuite avoir confiance en ce que leur dit la Mairie ?

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai en lisant ce document une réponse qui me permets de voire plus claire. Je penses que dans les documents que nous recevont dans nos boites aux lettres, jamais on nous parle de financements, de problèmes que vont, durant ces travaux, perturbés les commerçants avoisinants …….. bref nous vivons dans une ville Bisous Nours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here