Retour sur la réunion publique consacrée à la Place de la République

2
763

Cher tous,

Hier soir la Municipalité organisait une réunion d’information sur le projet de la Place de la République. Il est profondément regrettable que toutes les personnes ayant souhaité s’exprimer n’aient pas pu le faire dans de bonnes conditions, avec le respect dû à tout un chacun.Ce n’est pas parce qu’une personne n’est pas votre avis qu’elle doit se taire.

Au delà de ces aspects, beaucoup de « rêve » a été vendu hier soir aux Bellifontains, visuels à l’appui. C’est bien de vendre du rêve. C’est encore mieux lorsque celui-ci a une chance de devenir réalité. Main sur le cœur et éléments de langage bien rodés à l’appui, la Municipalité a rappelé combien ce projet était finançable par la Ville, combien il avait fait l’objet de concertation et combien les remarques de chacun étaient écoutées (NB : les seuls éléments de concertation du dossier sont sur la couleur et la forme du mobilier urbain, poteaux et poubelles…). Visiblement, les commerçants et de nombreux Bellifontains n’avaient pas la même impression. Ils étaient venus avec une liste de question : ils sont repartis bredouilles…

Revue de détail des imprécisions et contre-vérités d’hier soir…

Acte I. Les exagérations et caricatures :

« Je voudrais tordre le cou à des rumeurs qui circulent, car je sais qu’à Fontainebleau beaucoup de gens propagent de fausses rumeurs. » « J’entends dire que le Marché va être supprimé ». « J’entends dire que le Marché partirait à la Halle de Villars ». « Boufflers ça n’est quand même pas Tombouctou. »

Quoi de mieux que la caricature et l’exagération pour répondre à côté d’une question. On force le trait, quitte à la déformer totalement en rebondissant sur une question posée. Cela permet de détourner l’attention et d’éviter une question délicate… Un art manié à merveille par certains. Aux dernières nouvelles, personne n’a jamais eu de telles interrogations.

En revanche, de simples questions comme « Pourquoi ne pas construire une nouvelle Halle avant de détruire l’existante ? » ou encore « Combien coûterait l’extension du parking souterrain sans détruire la Halle qui est au-dessus ? » n’ont fait l’objet d’aucune réponse…

Acte II. Les imprécisions, les confusions et les erreurs

Je n’en citerai que deux car révélatrices du suivi des dossiers de la Ville.

– Rue Aristide Briand : pour justifier les moyens financiers de la Ville à porter un tel projet, fut évoqué le cas de la rue Aristide Briand. « Nous avons investi 1,8M€ rue Aristide Briand en 2010, nous pouvons en faire autant Place de la République ». Sauf que cette assertion est fausse. La Ville a investi 800 000€ HT comme l’atteste la liste des marchés publics de l’année 2010 (dans l’item Travaux, regarder les lots 1,2,3 de la rue Aristide Briand). Une erreur à 1M€ et à 100% de marge d’erreur, quand même…

– Vinci : A une question de l’assemblée sur l’éviction de Vinci comme délégataire et au risque juridique encouru par la Ville de Fontainebleau (on rappelle que Vinci va demander réparation devant les Tribunaux au titre de la rupture unilatérale du contrat et du manque à gagner en résultant, soit environ 2,5M€…), il a été répondu que « lors de la municipalisation du marché forain en 2005, EGS, qui gérait le marché avait aussi demandé 2 ou 3M€ de réparations. Et ils ont eu 0 au final. » Peut-être mais là, on compare des choux et des carottes. EGS, société employant 100 personnes et gérant les marchés sur une vingtaine de communes en Île-de-France et de l’autre côté Vinci Park, leader mondial du stationnement, au chiffre d’affaires de 600M€ et près de 10 000 collaborateurs. Les moyens juridiques sont également différents sans compter le fond de l’affaire. Bref, une comparaison infondée pour botter en touche.

Acte III. Les mensonges

On entre dans une autre catégorie beaucoup moins sympathique : le mensonge. Là encore, deux petits exemples, éléments de comparaison à la clef.

– Sur un des visuels, est présenté « l’effort d’équipement (travaux) » avec un joli schéma et une légende : « depuis 2005, en moyenne, la Ville a investi 5 millions d’euros par an ». Il s’agit d’un gros mensonge déjà décrié dans les colonnes de ce blog. La 1ère dépense d’investissement de Fontainebleau est le remboursement en capital de la dette pour 1,3M€. C’est à dire que pour connaître le montant consacrés aux dépenses d’équipement (travaux) il faut déduire cette dette. Et là surprise :  on arrive à des budgets d’équipement donc de travaux compris entre 3 et 3,5M€ (données : Bercy, lignes dépenses d’équipement).

Cela ne veut pas dire qu’on ne peut rien faire mais simplement qu’on peut faire à hauteur de nos moyens. Il est tout simplement irréaliste, sans augmenter les impôts ni la dette, de consacrer 2,3M€ par an entre 2014 (vous avez noté la date…) et 2016 à cette opération. Sauf à ne plus investir dans les écoles, dans la voirie, dans les achats de matériel… ou à arrêter les travaux en cours de réalisation !

L’unique porte de sortie consisterait à céder les derniers bijoux de famille : immeuble de la Bibliothèque, Villa Lavaurs, le 88 et le 193 rue Grande… Est-ce la solution envisagée ?

– L’erreur de calcul ? Sur un – autre – visuel était annoncé qu’aujourd’hui la Ville comptait 1126 places de stationnement et qu’en 2016, ce chiffre passerait à 1612. On déduit que le calcul a été fait de la manière suivante : 1612- 1126 = 486. Ces 486 places correspondent à 300 places à Boufflers et 186 dans le parking souterrain supplémentaire du Marché. J’ai l’impression que la Municipalité a oublié de déduire les 130 places de surface de la Place de la République qui seront supprimés, ce qui ramène le total à 1482.

Il me semble également avoir noté l’insistance faite sur les 8 ans que dureront l’occupation de Boufflers. Le Conseil Municipal n’a pas encore en sa possession la dite convention qui doit être votée mais la question sous-jacente est simple : qu’est-il envisagé à l’issue des 8 ans ? Une question que nous aurons à creuser.

Malheureusement, on ne joue pas ici au jeu des 10 erreurs. Il s’agit de l’avenir d’une Ville, de ses finances publiques et de ses projets. Jusqu’à preuve du contraire, le plan de financement présenté n’est pas crédible, surtout lorsque les sous doivent être investis après les élections municipales.

Considérant que cette opération n’est pas une priorité pour Fontainebleau, nous réitérons la proposition faite à maintes reprises : étudier une réhabilitation de la Halle et l’extension du parking souterrain sans détruire (d’après nos sources, le surcoût est de l’ordre de 15 à 20% soit 1M€) et pratiquer quelques aménagements sur la Place. L’ensemble reviendrait bien moins cher que le projet municipal.

 

 

 

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Je lis cet article avec intérêt, mais avec une opinion neutre hier avant la présentation (mais quelques appréhensions pour nos impôts), je suis ressorti avec une opinion positive vis à vis du projet, qui financièrement nous a été expliqué et qui tient la route.
    L’objet de la discussion hier aurait justement été de poser des questions à la municipalité sur ces chiffres, qui nous aurait mené vers des discussions intéressantes, plutôt que d’invectiver le maire sur des problèmes de baisse de chiffre d’affaires sans arguments ni chiffres.
    La démonstration a été claire : nous avons été regarder dans plusieurs villes, il en a cité 2, la mairie et les marchands forains nous ont affirmés qu’il n’y a pas eu de baisse de chiffre d’affaires : CQFD.
    En dehors du marché, les commerces ont en effet été touchés, nous devons travailler ensemble pour en limiter les effets : vous êtes d’accord ? Pas de remarque…
    Le ministère de la culture relance sérieusement la fréquentation du château, chiffres à l’appui, vous voulez qu’on fasse venir les touristes en centre ville ? Vu qu’on ne peut pas les obliger, il faut leur en donner envie, et donc lancer notre projet – logique !
    Le budget d’investissement de la commune est de 5,4 M€/an, le projet va manger la moitié du budget « en moyenne », c’est évidemment assez flou, mais rien d’incohérent. Si il y a effectivement 1M€ d’écart dans les chiffres, il aurait été intéressant pour tout le monde de demander au Maire ou ses adjoints quelques explications. Maintenant, cela devient beaucoup moins crédible.
    En tout cas si vous savez nous prouver que la mairie n’a pas les moyens de lancer les travaux, évidemment cela deviendra intéressant, sinon il vaut mieux réfléchir à l’accompagnement des travaux… Car comme a dit le maire : c’est la crise et vous connaissez des baisses de chiffres d’affaires ? Mais j’ai une mauvaise nouvelle pour vous : si on ne fait rien cela va s’empirer…

  2. Bonjour,

    La capacité de réalisation de powerpoint séduisants par les architectes n’est pas remise en cause… Le montant total de leurs honoraires attendra la coquette somme de 2,5M€, heureusement donc que les présentations sont attractives.

    Les Villes citées en démonstration, Rueil Malmaison et Saint Germain en Laye, n’ont pas réellement la même configuration que Fontainebleau. Ce sont deux villes de tailles importantes (40 000 hab pour Saint Germain, 80 000 pour Rueil), de petite couronne et desservies par le RER. Encore une fois, prendre un exemple de ce qui se fait ailleurs n’est pas forcément illustrer la réalité. Permettez-moi par ailleurs de vous préciser que ni Saint Germain en Laye ni Rueil n’ont reconstruit de Halle… CQFD ? Quant aux éléments précis sur l’impact du commerce dans ces Villes, des écrits de la part des Municipalités et commerçants en question permettraient d’y voir plus clair ; j’ai appris à prendre avec circonspection les affirmations sans preuve.

    Quant au budget d’investissement de la Ville, je vous mets un lien vers le document tiré du Compte Administratif de la Ville (clôture des comptes annuels) de l’année 2011 qui détaille les investissements. Ce document est préparé par la Municipalité et voté en Conseil Municipal. C’est donc un document qui fait foi. Mandats signifie « tout ce qui a été payé ». Vous constaterez un montant total de 4,7M€ auquel il faut déduire 1 670 912 au titre de « emprunt et cautionnement ». On tombe donc à 3M€ de dépenses d’équipement. Vous observerez enfin dans la colonne « titres » (qui correspond aux recettes) que la Ville a réalisé un emprunt de 2M€ pour pouvoir investir cette année là. Si comme Saint Thomas vous ne croyez que ce que vous voyez, vous constaterez donc que la Ville consacre bel et bien 3M€ par an aux dépenses d’équipement et non 5M€ en moyenne comme annoncé lors de la réunion publique.

    Pourquoi ne pas être intervenu ? Dans une salle surchauffée de partisans, il n’est pas certain qu’un débat serein puisse s’installer. En revanche, venez assister au prochain Conseil Municipal le 17 décembre, des éléments financiers figureront à l’ordre du jour.

    Bien cordialement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here