Les explications sur le dossier du cinéma

1
798
Terrain de l'ancien cinéma Le Select

Cher tous,

Depuis 2009, je fais partie des élus qui ont toujours défendu le projet d’extension des cinémas en centre-ville. Tellement défendu qu’en 2009, deux plaintes en diffamation ont été déposées à mon encontre pour les éléments relatés sur ce blog…

Pour autant, le projet d’extension maintenant prévu au Bréau, n’est guère enchantant.

La version officielle est que les associations de défense du patrimoine ont rendu tout projet d’extension impossible, que le terrain est vendu et qu’ainsi – hélas ! -, toute extension du cinéma en centre-ville est impossible. D’où un « plan B », rapide et facile à réaliser, à la Halle de Villars. Que les associations de défense du patrimoine aient leur part de responsabilité, dont acte. Cependant, le tableau n’est pas tout noir ou tout blanc et le partage des responsabilités est à nuancer. Nous y reviendrons.

Voyons maintenant pour la version factuelle de l’extension à la Halle de Villars.

Tout d’abord, le projet Halle de Villars a été décidé et ficelé avec très – trop – peu d’informations données aux élus de la majorité. En décembre 2011, il nous était annoncé que le terrain du Select était définitivement vendu et que seule une extension à la Halle de Villars était possible pour « aller vite ». Certains élus comme moi proposaient une solution alternative en centre-ville si réellement le terrain du Select était vendu, sur le terrain Boufflers ou boulevard Magenta. Non, il fallait aller vite et donc aller à la Halle de Villars. On nous parlait de deux ans pour construire un multiplexe à la Halle de Villars contre a minima 5 ans pour un projet de centre-ville… La création d’une Société Civile Immobilière (en mars 2012) nous a été présentée pour accélérer le projet, non sans demander avec Emmanuel Bosq et une partie des élus de la majorité, qu’une clause de sauvegarde du cinéma l’Ermitage soit inscrite dans les statuts et que diverses modifications y soient apportées (loyers de la SCI, répartition du montant des investissements etc).

Finalement, la clause a bien été inscrite, mais sans instaurer de pénalités en cas de non-respect, la rendant de facto superflue… Nous avons quand même décidé de voter la création de la SCI, en notre âme et conscience, persuadé que toute extension en centre-ville était impossible.

Puis, l’Association pour les Cinémas de Centre-Ville de Fontainebleau a été créée, début avril, et a dévoilé son lot d’informations sur le dossier : le terrain du Select n’est pas définitivement vendu mais fait simplement l’objet d’une promesse de vente, la mairie n’avait pas encore renoncé à son droit de préemption (un montage avec la SCI Le Select, propriétaire du terrain aurait tout à fait été possible), la baisse de fréquentation est bien moindre qu’annoncée (12% depuis 2007 et non 30% en deux ans…), le projet d’extension du multiplexe de Varennes (à moins de 15mn de Fontainebleau) a été autorisé (un projet de centre-ville permettrait de se différencier et donc d’obtenir plus facilement l’autorisation de la Commission Départementale d’Aménagement Cinématographique), le destinataire des subventions (près de 2M€ quand même…) sera forcément l’exploitant cinématographique et non la SCI et enfin la propriété du terrain de la Halle de Villars fait l’objet depuis de nombreuses années d’un recours pour que ce terrain retourne au domaine forestier (nous parlerons un jour du décret Sadi Carnot de 1891…).

En clair, avec un recours – qui n’empêche pas de construire un cinéma, comme les recours en centre-ville n’empêchaient pas construire Le Select, dans les deux cas aux risques du bâtisseur… – la collectivité prend le risque de voir le multiplexe démoli dans quelques années en cas de jugement défavorable ; est-ce raisonnable ? La solution de la Halle de Villars n’est ainsi pas plus rapide et dangereuse. Dangereuse à double titre : pour le maintien de l’animation et du commerce de centre-ville si l’extension est bien réalisée au Bréau et pour le multiplexe du Bréau lui même si le jugement sur la propriétaire foncière du terrain était défavorable à la Ville de Fontainebleau !

Dernière information en date : le Maire a renoncé fin mai au droit de préemption sur le terrain du Select, sans que la majorité municipale et a fortiori le Conseil Municipal n’en soit encore informé (en dessous de 3,5M€, le Maire peut renoncer au droit de préemption sans délibération du Conseil Municipal).

Autant de raisons qui font que nous ne pouvons plus cautionner le choix politique fait d’un cinéma à la Halle de Villars et non en centre-ville. Des solutions alternatives existent, en reprenant le projet du Select – il faut pour cela rompre la promesse de vente puisque le Maire a renoncé au droit de préemption – ou en élaborant un projet à Boufflers ou boulevard Magenta, sur des terrains de la municipalité dont la propriété ne fait aucun doute !

Mieux vaut un projet de centre-ville, quitte à ce que les salles soient plus petites, qui profite au commerce et à l’animation de Fontainebleau, qu’un projet en périphérie en plein « no man’s land » pour encore plusieurs années, commercialement similaire aux offres de Varennes ou Dammarie et qui hypothèque le tissu économique local.

De nombreuses informations sont également disponibles sur le site de l’Association pour les Cinémas de Centre-Ville de Fontainebleau, que je vous encourage à aller voir : www.accvf.blogspot.fr

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here