Le Sénat bascule à gauche, en Seine et Marne c’est le statu quo

0
716

 

Cher tous,

Evénement historique dans l’histoire de la Vème République, le Sénat bascule officiellement à gauche. L’écart étant extrêmement faible à l’heure où j’écris, il est trop tôt pour savoir qui présidera le Sénat, les sénateurs « indépendants » ou centristes pesant fort dans le résultat final… En tout logique cependant, ce devrait être Jean Pierre Bel, actuel président du groupe PS au Sénat, qui deviendra le 2ème personnage de l’Etat (le président du Sénat étant celui qui assure l’intérim des institutions françaises en cas de décès du président de la République par exemple). Bref, c’est un résultat qui rebattra profondément la vie parlementaire ; les deux Assemblées étant de couleur politique différente, le processus législatif sera compliqué et ralenti : c’est néanmoins l’Assemblée Nationale qui a le dernier mot en cas de désaccord.

Cependant, je me permettrais deux petites remarques, étant moi même grand électeur pour la première fois :

– le corps électoral est directement issu des scrutins locaux des cantonales de 2004, des municipales et cantonales de 2008 et des régionales de 2011, tous remportés par la gauche : les grands électeurs de gauche y sont donc plus représentés qu’auparavant. Néanmoins, sur ces 70 000 électeurs, certains sont « sans étiquette » et ont donc peut être votés en fonction de l’actualité. Ceci est cependant compliqué à mesurer…

– le mode de scrutin est totalement illisible : déjà, selon les départements, il peut se faire à la proportionnelle (comme en Seine et Marne) ou au scrutin majoritaire. Ensuite, la loi de « la plus forte moyenne » est globalement compliquée et inadaptée (tout du moins, je n’en connais pas les finalités). Cette loi de la plus forte moyenne favorise les listes d’union par rapport aux listes de division (qui s’accompagnent mieux de la loi au plus forte reste)

Pour notre cas Seine-et-Marnais, c’est le statu quo. Les 3 sénateurs UMP sortants sont réélus, 3 sénateurs PS sont élus (dont Vincent Eblé, le président du Conseil Général qui fait son entrée au Palais du Luxembourg). La liste emmenée par Yves Jégo a réuni 330 voix, celle de Gérard Ruffin 122 voix, trop peu dans les deux cas pour être élus. Il convient quand même de remarquer qu’il fallait quelques dizaines de voix de plus à Yves Jégo pour être élu aux dépens du 3ème siège UMP, ce qui aurait pu être possible avec les voix de la liste Ruffin étiquetée Nouveau Centre. Je regrette quand même que la droite Seine-et-Marnaise (car Yves Jégo était jusqu’aux dernières élections régionales étiqueté UMP) ne se soit pas rassemblée autour d’une seule liste, sous les couleurs de l’UMP, pour travailler ensemble et dans le même sens et empêcher la réélection d’un communiste en 3ème position de la liste PS… Voici les résultats complets :

Votants : 3044

Exprimés : 2978

Liste PS : 1284

Liste UMP : 1146

Liste Parti Radical : 330

Liste Nouveau Centre : 122

Liste FN : 64

Liste Cap 21 : 28

Liste S’engager pour le renouveau de notre département : 4

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here