L’Irlande a dit oui !

2
751

irish-flag

Cher tous,

C’est un moment historique dans l’histoire de l’Europe. Les irlandais, aprà¨s les 53% de « non » au référendum du 12 juin 2008, ont donc dit oui hier à  prà¨s de 67,1% des suffrages. Preuve qu’avec la crise, le sentiment européen s’est renforcé, parce l’Europe protà¨ge. Tout le peuple était en campagne jusqu’aux industriels étrangers qui incitaient l’Irlande à  voter « oui » sous peine de retirer leurs capitaux. C’est l’à¨re d’une Europe politique qui s’ouvre, une Europe dans laquelle 500 millions de personnes parleront d’une voie commune sur des questions communautaires. C’est aussi un formidable bond en avant pour une Europe sans frontià¨res qui s’appuiera sur un marché intérieur supérieur à  celui des Etats-Unis.

Le Président de la République Nicolas Sarkozy s’est exprimé suite à  l’adoption du référendum « Ce vote, qui couronne les efforts accomplis notamment lors de la présidence franà§aise pour apporter une réponse aux préoccupations qu’avaient exprimées les Irlandais, est une grande satisfaction pour tous les Européens. Il permet de franchir une étape décisive en vue de l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne. La France souhaite que les Etats qui ne l’ont pas encore fait achà¨vent le plus rapidement possible leur procédure de ratification pour que le traité de Lisbonne puisse entrer en vigueur avant la fin de l’année, comme les 27 s’y sont engagés. Il appartient maintenant à  la présidence suédoise de prendre toutes les initiatives nécessaires pour que le Traité de Lisbonne entre en vigueur au plus vite ». Espérons que ces efforts seront couronnés de succà¨s dans les mois à  venir !

2 Commentaires

  1. Il reste néanmoins un morceau à  avaler : la république tchà¨que. Ce qui revient à  la problématique d’un élargissement fa

  2. N’oublions pas la résistance de la république tchà¨que qui doit nous faire réfléchir sur la prudence que l’on doit avoir dans les processus d’élargissement. Le traité de Rome a existé par la vision commune qu’en avaient leurs fondateurs. Les intégrations successives (je mets à  part celle de la Grande-Bretagne à  laquelle s’opposait le Général de Gaulle) se sont fait sur des bases claires et des rà¨gles acceptées par avance par les pays candidats.
    Souhaitons que le processus du traité de Lisbonne arrive à  son terme et fasse de l’Europe une puissance économique capable de rivaliser avec ses continants voisins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here